Skip to content

Ailleurs & avant #2

November 16, 2010

For those in need
For those who speed
For those who try to slow their minds with weed
Sunday
Sunday

For those who wake
With a blind headache
Who must be still
Who will sit and wait
For Sunday, to be Monday

Yeah, it will be ok
Do nothing today
Give yourself a break
Let your imagination run away

Je suis chez elle, dans le pavillon qu’elle partage avec ses colocataires, à Gentilly, en banlieue parisienne. Le périphérique et les rails du RER sont de l’autre côté de la rue, mais la maison est cachée au fond d’une cour avec jardin. Dans ce jardin, au milieu de l’herbe et des arbustes, se trouvent des chaises et une table en bois.  Nous sommes en juin, en début de soirée. Auparavant, j’ai pris le bus depuis mon appartement dans le XIIIème, et apporté les courses pour le dîner du soir (sans doute du vin blanc sec, de la viande, des oignons, je ne sais plus, j’ai pris ce qu’elle m’avait demandé). Nous avons dîné à l’intérieur, car les chaises de la salle à manger sont plus confortables.

Puis nous sommes montés à l’étage, dans sa chambre. Assis sur son lit (à vrai dire, un grand matelas posé à même le sol par manque de place), je parcours l’ iTunes de son ordinateur. Elle me demande si je veux écouter quelque chose, j’acquiesce. Elle choisit cette chanson de Sia. Douce, maussade, puis subitement enjouée, chantée d’une voix cassée et triste.

Je suis tombé amoureux en écoutant cette chanson.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: